L'avènement des communautés en ligne : définition et cas d'usage

Aujourd’hui, nous appartenons tous à un ensemble de communautés en ligne. Qu’il s'agisse de nos liens au travail, à notre famille, à nos groupes d’amis, nos passions, nos engagements militants… Presque tous les aspects de notre quotidien nous rattachent à la définition même de communauté. 


Récemment, un grand nombre de communautés ont dû opérer un passage du réel au virtuel dans un temps record. Cette transformation, bien qu’elle garde un grand nombre de codes des communautés physiques, implique aussi une évolution de ses pratiques. 


Les haters diront que les communautés ont perdu au change avec le passage en ligne. Mais nous préférons prendre le parti de l’optimisme : le digital leur ouvre au contraire un nouveau champ des possibles ! Il en décuple souvent la portée, la vitalité et l’authenticité, qui sont au cœur même de la définition des communautés. 


Mais concrètement, quelle définition faire des communautés en ligne ? Elles sont en effet une évolution à part entière de leurs homologues IRL (in real life), présentant des modalités uniques...


Communautés en ligne : définition concrète d’un concept flou


Nous appartenons tous à des communautés en ligne. Des groupes privés Facebook aux fils de conversation Reddit traitant de sujets aussi obscurs que passionnants, Internet n’est finalement qu’une vaste toile hébergeant des dizaines de milliers de communautés interconnectées.


Il n’empêche que la définition que l’on pourrait donner aux communautés en ligne peut sembler un peu abstraite. Et d’abord, les communautés ne se construisent-elles pas dans le monde réel ? Comment des internautes anonymes, qui ne se sont jamais rencontrés, peuvent-ils avoir le sentiment d’appartenir à un même groupe, de partager des intérêts communs ?


On peut cependant s’essayer à poser cette définition : à sa racine, les communautés en ligne sont des groupes de personnes partageant un intérêt ou un objectif commun. Elles vont ainsi utiliser Internet pour communiquer, échanger et créer de la valeur collectivement. Les communautés en ligne ont leurs propres règles d’appartenance (certaines sont ouvertes, d'autres privées et accessibles uniquement par cooptation). Mais aussi leurs propres modalités de gestion et leurs propres besoins, comme  l'engagement, la modération et l’animation des membres.

Communautés virtuelles vs réel


Les études et la littérature consacrées aux communautés en ligne ont longtemps été  obsédées par une question. Celle de savoir si elles pouvaient fonctionner de manière similaire, et accomplir les mêmes choses que les communautés hors ligne. 


Pour certains, les relations humaines, qui sont au cœur du concept de communauté, empêchent cette réalisation. Ils posent l’argument que le virtuel ne peut être aussi intime, fort, et chargé d’affect que les communautés traditionnelles. 


Michael Dertouzos, auteur de l’essai What Will Be, explique par exemple que les sentiments primaires (de peur, d’amour et de colère) ne peuvent pas se transmettre en ligne. Les membres de la communauté sauraient intuitivement qu’ils peuvent se déconnecter pour minimiser, ou éviter l’impact de ses forces. C’est précisément pour cette raison, selon lui, que nous ne pouvons pas nous contenter d’échanges virtuels. Mais qu’au contraire, nous ressentons au contraire le besoin de retourner dans un “cocon”, une communauté réelle. 


En réalité, cette théorie est limitée, et reflète une volonté inconsciente de se rassurer sur la pertinence des communautés physiques. Plutôt que de chercher à opposer coûte que coûte en ligne et hors ligne, il est nettement plus intéressant de réfléchir à leur complémentarité. Chacune est en effet porteuse de ses propres avantages et inconvénients. Et la meilleure stratégie que puissent explorer les leaders communautaires, c’est d’explorer comment enrichir les expériences réelles par le virtuel.

Pourquoi sommes-nous de plus en plus attiré par les communautés en ligne ?


La pandémie de 2020 a mis en lumière la force et l’utilité des communautés en ligne. Mais surtout, leur capacité à s’affranchir des nombreuses contraintes qui limitent l’expérience communautaire en présentiel. 


Dans un contexte de confinement, elles nous ont permis de continuer à créer des liens sans proximité spatiale ou temporelle. Les communautés en ligne peuvent évoluer au-delà des frontières, des fuseaux horaires. Elles englobent tous ceux qui veulent en faire partie, et permettent une proposition de valeur plus inclusive pour leurs membres. 


Mais il serait dommage de limiter l’impact des communautés en ligne à ces seules considérations techniques. Leur avènement tient en effet aussi à des logiques de fonctionnement qui leur sont propres. 


Les communautés en ligne offrent un sentiment d’appartenance


Depuis l’apparition d’Internet dans notre quotidien, puis l’avènement des réseaux sociaux, la définition des communautés en ligne a largement évolué. Si certains espaces sont devenus plus individualistes, et moins communautaires (comme Facebook, par exemple), les nouvelles plateformes sont beaucoup plus tournées vers le partage d’intérêts et d’opinions communes que les détails de nos vies personnelles. 


Les connexions authentiques que les utilisateurs recherchent (mais ne trouvent pas toujours) sur les réseaux sociaux sont précisément ce qui constitue le tissu des communautés en ligne. Et une raison majeure pour laquelle les internautes se tournent de plus en plus vers ces espaces !


L’union fait la force 


Les communautés virtuelles sont généralement extrêmement bien structurées dans leur approche de la gestion du savoir. Appartenir à une communauté en ligne élimine la nécessité de devoir passer plusieurs heures à rechercher des informations sur un sujet précis. Il y a souvent fort à parier qu’il ait déjà été abordé par un autre membre de la communauté ! Ou, mieux encore, que ce dernier soit disposé à répondre directement aux autres membres. 


Les communautés en ligne sont ainsi les réceptacles de centaines d’expériences et de savoirs, offerts aux utilisateurs pour leur permettre de trouver une solution à leurs problèmes / questions. Le tout, de manière plus structurée et vaste que leurs homologues physiques !


Les communautés en ligne sont de puissants systèmes de soutien


Si nous sommes si enclins à rejoindre des communautés en ligne, c’est précisément parce que nous avons quotidiennement besoin de leur soutien. Ce soutien peut prendre la forme de conseils, d'écoute ou d'encouragements émanant de ses autres membres. Lorsqu’elles sont portées par des marques, les commnous appartunautés deviennent un levier efficace de développement personnel ou professionnel.

 

Les communautés en ligne comblent un besoin d'expression de soi


Au fil des évolutions des réseaux sociaux, le besoin d’expression des internautes prend désormais de nouvelles formes, à la fois plus profondes et communautaires. Les groupes d’intérêt en ligne offrent un environnement souvent plus authentique et plus bienveillant que les réseaux sociaux traditionnels. Un environnement qui permet à ses membres d’être eux-mêmes. 


En permettant l’anonymat, certaines communautés en ligne peuvent également encourager leurs membres à se montrer plus vulnérables. Et à s’exprimer de façon plus honnête qu’ils ne le pourraient en leur nom propre - et encore moins en présentiel. 


La force des communautés en ligne illustrée : l’exemple d’Ethel’s Club


Le meilleur moyen de comprendre le pouvoir d’attraction qu’exercent les communautés en ligne, et de définir ce concept flou, reste d’en donner un exemple concret. 


Nous aurions pu vous parler de dizaines de communautés en ligne - ce ne sont pas les exemples de succès qui manquent ! De celles qui ont fleuri sur Facebook - à l’image de groupes comme We Are Backpackeuses, qui rassemblent des voyageuses en solo). Ou Reddit - avec les effets qu’une simple discussion sur la chaîne de magasins GameStop ont pu avoir sur le cours de la Bourse. Mais une de nos success stories préférées, c’est celle d’Ethel’s Club. D’une part, pour la vitalité et l’identité de sa communauté. Mais aussi, et surtout pour sa capacité à flouter les frontières entre le virtuel et le réel. 


Créé par Naj Austin en novembre 2019, Ethel’s Club a commencé comme un lieu de rassemblement physique. Un espace de coworking, situé à Brooklyn pour les professionnels/créatifs de couleur et leurs alliés. Dès son lancement, Ethel’s Club est donc pensé comme une communauté à part entière. Avec pour objectif d’offrir un espace de partage, de soutien et de bienveillance à ses membres. 

 

Quelques mois plus tard, en mars 2020, ces rencontres physiques deviennent impossibles. Le confinement contraint Naj Austin et son équipe à lancer une version numérique d’Ethel’s Club, afin d’accompagner sa communauté. Ce passage au digital n’a pas seulement été un moyen temporaire de garder contact. Le club social en a profité pour organiser des rassemblements virtuels centrés sur le bien-être et les liens entre communautés de couleur, souvent durement touchées par la crise sanitaire. Il a même offert des espaces de deuil suite au meutre de George Floyd. 



Transformer la communauté en véritable réseau : le pari réussi d’Ethel’s Club


En quelques mois, après son passage au 100% virtuel, la communauté physique de 300 personnes est devenue une communauté en ligne de 1 500 membres. Un succès rapide et remarqué, qui a encouragé sa fondatrice à aller encore plus loin.


Naj Austin a ainsi récemment lancé Somewhere Good, une application de rencontres sociales qui offre à ses membres (des particuliers, mais aussi des marques) un espace communautaire dédié aux personnes de couleur et à leurs alliés. Le passage en ligne aura donc été pour Ethel’s Club une formidable opportunité d’élargir à la fois la portée de sa communauté. Mais aussi et surtout son potentiel !


Si 2020 nous a bien appris quelque chose, c’est que nous sommes des êtres profondément sociaux. Les communautés en ligne nous permettent de continuer de créer du lien et de renforcer notre sentiment d’appartenance. Elles sont désormais les fidèles alliées de leurs homologues physiques.


Sur le même sujet